Qu’est-ce qu’un découvert bancaire ? Dois-je utiliser mon découvert autorisé ? Comment éviter tout cela ?


J’ai invité Benoît du blog Je maîtrise mon argent pour parler d’un sujet pas très drôle… et qui nous a tous touché un jour. Il s’agit du découvert autorisé. Benoît s’y connaît en gestion de budget, je lui laisse donc la place. C’est à toi Benoît.

La peur, la honte, c’est ce qu’on ressentait, il y a quelques dizaines d’années, quand notre banquier abordait le sujet. Même si c’était un découvert autorisé, pour tout un chacun, il était hors de question d’en arriver là. On faisait tout pour en sortir rapidement, et le mois suivant, ce n’était plus qu’un mauvais souvenir. 

De nos jours, on a l’impression que, comme il est autorisé, on peut se permettre de l’utiliser à tort et à travers. Il faut dire que les banques l’ont banalisé et nous le proposent à toutes les sauces. Il y en a même qui en font un avantage marketing.

Etude de cas

1er cas

Nous sommes en plein hiver, les températures frôlent les -10°C. Ta chaudière vient de tomber en panne. Le chauffagiste se déplace en urgence et te présente un devis de 1200 €. 

Le problème, tu n’en as plus que 300 sur le compte et la paie n’arrive que dans une semaine. Or, tu ne peux pas te permettre de rester tout ce temps sans chauffage.

2ème cas

Nous ne sommes que le 25, et déjà, ton compte en banque est à sec. Tu peux essayer de te nourrir avec ce qui reste dans les placards, mais ça va être un peu compliqué quand même. Il faut aussi mettre de l’essence dans la voiture pour aller travailler. Et payer la cantine des enfants avant le 30…

Remède

Ces deux cas peuvent te paraître semblables, mais sont fondamentalement différents. Dans le 1er, c’est une situation exceptionnelle, mais dans le second, c’est « habituel », « courant », « normal ». 

Dans les deux cas, ton interlocuteur, celui qui pourra avoir la solution à tes maux, ton sauveur, sera… ton banquier. Alors, en bon client, tu prends rendez-vous dès le lendemain avec ton conseiller clientèle. 

Le jour venu, tu lui expliques la situation. Il tape des trucs sur son ordinateur. Il est concentré dans ce qu’il fait. Dans ce bureau de 10 mètres carrés, règne un silence déconcertant. Pour toi, l’attente est interminable, le stress monte au fur et à mesure que les minutes passent. Il fait une grimace… ouf, c’est juste un bug. 

Au bout de 10 minutes, qui t’ont paru une éternité, son regard quitte enfin son ordinateur. A ce moment, ton niveau de stress est à son maximum, tu es à la limite du malaise. Quand fièrement, il t’annonce qu’il peut t’aider. 

Et là, le stress retombe pour laisser place au soulagement. Un sentiment de bien être t’envahi. Tu n’as qu’une envie, c’est de lui sauter au cou pour le remercier. Mais, malgré tes difficultés, tu as quand même de la retenue.

Mais au fait, comment va-t-il t’aider ? Quelle est sa solution ? Il a juste deux clics à faire sur son ordinateur et tu es « sauvé ». Il va t’accorder un « privilège », mais lequel ?

Celui de bénéficier d’un découvert autorisé. Mais au juste, qu’est ce que le découvert ? Y a-t-il des risques ? Comment s’en sortir ?

Quand tu auras lu cet article, le découvert n’aura plus aucun secret pour toi. Si tu dois y avoir recours, ce sera en connaissance de cause. Mais surtout, tu sauras comment faire pour y mettre fin.

découvert autorisé peur

Etre à découvert, quelques années en arrière, ça faisait peur et honte !

Qu’est-ce qu’un découvert bancaire?

Une avance d’argent

Un découvert bancaire est une facilité de trésorerie octroyée par le banquier, pour faire face à une dépense imprévue et exceptionnelle. Son utilisation devrait être ponctuelle, mais beaucoup de gens y ont recours tous les mois. Pour eux, il fait partie du fonctionnement normal de leur compte. C’est généralement la première solution que te proposera ton banquier, si tu rencontres des difficultés. 

Un crédit

Le découvert est une avance d’argent, ça veut dire que tu dépenses ce que tu n’as pas, comme un crédit. La différence, c’est qu’il est discontinu. Tu vis à crédit, une semaine ou dix jours en fin de mois. Il est remboursé automatiquement dès que tu as ta paie ou une autre rentrée d’argent.

Quand parle-t-on de découvert autorisé ?

C‘est quand une autorisation de découvert est prévue dans la convention de compte. 

En fonction de tes revenus, ton banquier t’a accordé une avance plus ou moins élevée. Lorsque tu dépasses ce montant, tu arrives alors dans le découvert non autorisé. 

Ce qui fait la différence, ce sont les frais perçus par la banque. En effet, contrairement à ce que l’on peut penser, même s’il est autorisé, ce n’est pas un service gratuit.

Je reviendrai sur les coûts ultérieurement dans cet article. 

Quand y avoir recours?

En théorie, le découvert bancaire ne devrait être utilisé qu’exceptionnellement. Il est là pour pallier une dépense imprévue et urgente, comme par exemple, la réparation de la chaudière en plein hiver ou le remplacement de l’embrayage de la voiture qui vient de lâcher. 

Plus généralement, il ne doit être utilisé qu’en cas de dépense imprévue qui ne peut pas attendre la paie de la fin du mois. 

Tu vas me dire qu’acheter à manger, mettre de l’essence dans la voiture pour aller travailler, ou d’autres dépenses de la vie courante ne peuvent pas toujours attendre le mois suivant. 

Certes, c’est urgent et tu ne peux pas t’en passer. Dans ce cas, l’utilisation du découvert est détournée pour des dépenses courantes. Cependant, dans l’urgence, tu n’auras pas toujours le choix.

Si tu ne sais pas comment identifier tes dépenses courantes, tu retrouveras de l’aide dans cet article.

Les origines d’un découvert peut être de deux ordres :

Dépense exceptionnelle

Tu as fait face à une dépense imprévue et urgente, c’est l’essence même du découvert. 

Dépenses de la vie courante

Dans ce cas, ce n’est pas une situation normale. Il est nécessaire de prendre des mesures pour ne pas tomber dans l’engrenage de vivre à crédit.

Si c’est la première fois que tu es dans cette situation, c’est que tu as dépensé plus que tu n’as gagné, ce mois-ci. 

En revanche, si cela dure depuis plusieurs mois, c’est que c’est bien installé. Et c’est rentré dans ton mode de fonctionnement. Et là, il faut t’alerter, et prendre des mesures. Ne te mets pas la tête dans le sable, en attendant qu’il disparaisse.

Les dangers du découvert bancaire

Coûts du découvert autorisé

La plupart des banques, notamment les banques en ligne, accordent cette facilité de trésorerie gratuitement. Mais certaines peuvent facturer quelques dizaines d’euros par an, rien que le fait de mettre en place une autorisation.

Ensuite, l’utilisation de l’autorisation de découvert bancaire, peut varier avec un taux d’intérêt de 6 à 8 % selon la banque.

Supposons que tu aies un découvert autorisé de 400 € pendant 1 semaine, au taux de 8 %.

Coût : 400 X (7/365) X 0,08 = 0,61€.

Si tu as ce même découvert autorisé tous les mois, il t’en coûtera 7,36 € à l’année.

Coûts du découvert non autorisé

Agios

Les taux d’intérêt du découvert non autorisé peuvent varier de 16 à 18 %. Certaines banques pratiquent le taux maximal autorisé par la loi (taux d’usure). 

A titre indicatif, pour le 4ème trimestre 2018, ce taux est de plus de 21 % (ça fait peur, non ?)

Supposons que tu aies toujours un découvert de 400 € pendant 1 semaine, au taux de 18 %.

Coût : 400 X (7/365) X 0,18 = 1,38 

Commission d’intervention

C’est une somme forfaitaire prélevée sur chaque opération effectuée, en cas d’absence ou de dépassement du découvert autorisé. La loi prévoit un montant maxi de 8 € par opération, avec un maximum de 80 € par mois. 

Si tu as effectué 5 opérations hors découvert autorisé, il t’en coutera 5 X 8 = 40 €

Si tout se passe bien, tu auras 1,38 + 40 soit 41,38 € de frais bancaires dus à absence ou au dépassement de découvert autorisé.

Rejet d’opérations

Tes opérations peuvent également être rejetées. Et dans ce cas, c’est encore des frais supplémentaires, alors que ton achat n’est pas encore réglé. 

Un plafond de 30 € pour un chèque inférieur à 50 € (50 € au-delà).

Pour chaque prélèvement ou virement refusé, c’est un maximum de 20 € (rejet + courrier de la banque).

La face cachée du découvert

Il ne devrait y avoir que deux raisons d’avoir recours au découvert bancaire :

  • dépense imprévue
  • baisse exceptionnelle des revenus (retard de salaire, maladie…)

Si tu n’es pas dans un des ces deux cas, cela traduit un problème de trésorerie ou de gestion. 

En soi, le découvert autorisé ne coûte pas trop cher. Comme vu précédemment, pour 400 € de découvert chaque mois, pendant une semaine, ça t’en coûtera moins de 8 € à l’année.

Ce qui est gênant, et pas sain, c’est le principe de vivre au quotidien avec de l’argent que tu n’as pas. 

Cela veut dire que, si du jour au lendemain, ton banquier te retirait ton autorisation de découvert, tu n’aurais plus rien pour vivre pendant une semaine. Et là, que ferais-tu ? Comment finirais-tule mois ? 

Bon, ça n’est pas prêt d’arriver, car pour la banque, un client à découvert est très intéressant sur plusieurs points : 

  • D’une part, il fait un crédit et paie des intérêts assez élevés. 
  • D’autre part, ça le fidélise avec sa banque.  En effet, aurais-tu l’idée de changer, si ton compte présentait un solde négatif ? Personnellement, j’attendrais que ça aille mieux. Et en plus, je ne pense pas qu’une banque te prenne avec ton découvert.

Un autre problème de frôler les limites du découvert autorisé, c’est que tu es à deux pas de la ligne rouge. Cela veut dire qu’il ne manque pas grand chose pour sortir du découvert autorisé. Et là, les frais ne sont plus les mêmes. De plus, tu prends aussi le risque de te retrouver en interdiction bancaire, si tes chèques sont rejetés.

autorisation de découvert attention

Attention ! Autorisation de découvert ou pas, si les poches sont vides, il faudra bien les remplir !

Comment ne plus vivre à découvert ?

A ce stade de l’article, tu as compris qu’il ne fait pas bon vivre à découvert. Ce qu’il faut, maintenant, c’est s’en débarrasser. 

Trois cas peuvent se présenter :

  1. Ton découvert bancaire diminue mois après mois : tu es en voie de guérison. Si tu continues ainsi, tu finiras naturellement par avoir en permanence un solde positif sur ton compte, même en fin de mois.
  2. Ton compte présente toujours le même découvert en fin de mois : cela signifie que tu ne dépenses pas plus que tu gagnes. Tu t’es retrouvé à découvert pour une raison ou pour une autre. Ton compte est depuis dans le rouge, mais il est stabilisé. L’objectif, maintenant, c’est de mettre fin à ce découvert, en le remboursant.
  3. Ton découvert augmente mois après mois : tu dépenses plus que tu ne gagnes. Si tu ne fais rien, tu vas sortir de la zone de découvert autorisé. Les frais bancaires vont augmenter, ce qui va aggraver ton découvert. C’est une spirale infernale, un engrenage dans lequel il ne faut pas s’engager. 

Stabiliser l’hémorragie

Si tu dépenses plus que ce que tu gagnes, il est important et urgent de commencer par réduire tes dépenses et / ou augmenter tes revenus. C’est impératif que le découvert n’augmente plus, et rapidement ! Cela ne se fera pas sans douleur, il faut en être conscient. Mais, si tu ne fais rien, ça sera encore plus dur lorsque tu auras dépassé le plafond de l’autorisation de découvert bancaire. Donc, à ce stade, coûte que coûte, il est impératif de trouver une solution pour le stabiliser.

Eliminer la dette

Maintenant que ton découvert est stabilisé, il faut penser à le faire disparaître en le remboursant. Non, tu ne vas pas le faire en une fois. Tu vas te faire un plan de remboursement. 

En fonction de tes revenus et de tes charges, tu vas définir la somme que tu vas consacrer mensuellement à résorber ton découvert. Il ne faut pas que cette somme soit trop faible, car ça va durer des années pour apurer la dette. Mais il ne faut pas non plus qu’elle soit trop élevée, pour pouvoir s’y tenir.

C’est long à résorber, un découvert. Il n’y a pas de loi, mais je pense qu’un an est un délai raisonnable pour en arriver à bout. Pour savoir la somme à y consacrer chaque mois, divise le montant du découvert par 12. Si tu estimes que la somme mensuelle est trop basse, réduis le nombre de mois. Si en revanche, tu trouves que ça ne serait pas tenable, augmente la durée du remboursement. 

L’important est de te fixer une somme mensuelle, et de t’y tenir impérativement. Tu peux aussi utiliser la méthode « boule de neige ».

Comment faire ?

Gérer son compte

Avant toute chose, pour pouvoir mettre en place un plan d’épuration du découvert, il faut avoir de la visibilité sur tes finances. Il est important de connaître, en temps réel, la situation de ton compte. Son solde, les prélèvements réalisés, ceux à venir, toutes les opérations que tu réalises doivent faire l’objet d’un suivi.

A ce jour, si tu ne suis pas tes comptes, il faut t’y mettre. D’une part, ça te permettra de savoir où tu en es. Et d’autre part, ça te servira d’indicateur pour te dire : « maintenant, il est temps de freiner les dépenses ! »

Tu verras, rien que de suivre ton compte, tu feras des économies. C’est mécanique : quand tu verras 20 € par-ci, 30 par là, mis bout à bout, ça fait une bonne somme. Le pire, c’est que toutes ces petites dépenses, tu ne te rappelles même plus ce que c’était.

Etablir un budget prévisionnel

Qui dit plan de remboursement du découvert, dit faire des prévisions. 

Pour un an, idéalement, il faut prévoir les rentrées d’argent (salaires, chômage, allocations familiales…) et toutes les charges fixes (électricité, gaz, eau, assurances, impôts…) que tu as chaque mois. Tu y ajoutes les dépenses prévues dans l’année (vacances, Noël, mariage…) Il ne faut pas oublier la somme que tu t’es fixée pour résorber ton découvert. Ainsi, tu auras une idée précise de la somme dont tu disposeras pour tes dépenses de la vie courante.

Pour en savoir plus, tu peux aller lire cet article : « Gérer son budget ».

Suivre ses dépenses

Il ne suffit pas de se fixer une somme à ne pas dépasser pour que, comme par magie, tu restes dans les clous. Il faut également suivre toutes tes dépenses. Certes, c’est une contrainte au départ, mais avec l’habitude, ça deviendra un automatisme. 

Si tu estimes que c’est trop contraignant, tu peux bannir carte bleue et chèques et te servir uniquement d’argent liquide. 

Cela parait plus simple au premier abord, mais ça peut aussi devenir une contrainte. En effet, s’interdire tous les paiements automatiques (carburant, supermarché, péages…), peut te faire perdre beaucoup de temps. 

C’est un choix qui t’est personnel. Personnellement, c’est la solution que j’utilise, lorsque je veux tenir scrupuleusement mon budget et que j’ai la flemme de compter tous les jours.

Pour être mieux organisé, je te recommande également de bien organiser tes papiers, factures, tickets…

Economiser

Quand tu veux faire des économies, la première chose à laquelle tu penses, c’est de te serrer la ceinture. C’est sûr que, à court terme, ça marche. En te privant de desserts, de plaisirs en tous genres, d’apéritifs, de sorties…, tu feras rapidement des économies. C’est une mesure radicale, qui donne des résultats immédiats. 

Ce genre d’économies ne doit pas durer dans le temps. L’austérité, c’est bien lorsque tu es à la limite de dépasser le découvert autorisé et qu’il te faut une solution rapide. Mais c’est une solution provisoire, en attendant des mesures de fonds.

Ces mesures sont des économies durables, des économies qui se font dans la sérénité et sans douleur. Pour tout savoir à ce sujet, tu peux aller télécharger gratuitement mon e-book : « Faites des économies 365 jours par an » sur le blog Je Maîtrise Mon Argent. 

Tu y trouveras tout un tas de trucs et de bons plans pour faire des économies au quotidien.

Si tu souhaites en finir avec ton découvert, mais que tu ne te sens pas de taille de le faire seul, je peux t’accompagner. Pour cela, contacte-moi par mail, en m’expliquant ton problème. 

J’offre un accompagnement personnalisé aux trois premières demandes.

découvert autorisé cartes

Inutile d’avoir des cartes de paiement plein les poches, s’il n’y a pas un sou sur le compte !

Attention : le découvert est la solution quand il n’y en a aucune autre.

Pour conclure cet article, je tiens à te mettre en garde contre l’utilisation du découvert bancaire. Comme je te le disais, elle doit rester exceptionnelle. Y être quelques jours pour une dépense imprévue, ça se comprend. C’est ponctuel, et le mois suivant, tu n’en parleras même plus. 

En revanche, si ton compte est dans le rouge deux fins de mois consécutives, il est important de t’alerter. L’idéal serait de prendre des mesures, dès qu’apparaît un solde négatif.

Si tu as eu la patience de ne pas décrocher, et d’arriver jusque là, je pense que tu sais tout sur le découvert autorisé ou non, ainsi que les moyens de t’en sortir. 

Je dirais que la meilleure des solutions, serait de ne jamais y avoir recours. Je sais, c’est facile à dire… Tu n’as pas fait exprès de tomber dedans… Avec ton SMIC, tu n’as pas le choix..

Tu pourras trouver un tas de raisons, aussi légitimes soient-elles. Mais, je te le dis, il est beaucoup plus facile de ne pas tomber dedans, que d’en ressortir. 

Alors pourquoi attendre d’être au pied du mur ? Pourquoi attendre d’être contraint ?

Attention aux idées reçues !

Ne pense surtout pas qu’être à découvert est une fatalité. C’est ce que les banques, les médias, ou autres veulent nous faire croire. Selon les Echos, les français sont même « accrocs au découvert »Quelle formule !

Chacun y va de son discours pessimiste et y voit son propre intérêt. Mais, je peux te dire que ce n’est sûrement pas le tien. 

Je vais peut-être te paraître dur, mais même si ta situation personnelle n’est pas des meilleures, il faut faire avec. Et justement, comme tu as une faible de marge de manoeuvre, c’est une raison de plus pour être rigoureux.

Pose-toi un instant, et demande-toi ce que peut t’apporter ce petit « coup de baguette magique du banquier ».

Il te permet d’avoir un peu plus d’oxygène, quelques mois. Tu peux dépenser sans trop compter, quelques mois. Bref, tu peux rêver quelques mois. 

La dure réalité des choses

Mais quand tu reçois une lettre en recommandé avec un chèque refusé, tu comprends que tu as franchi la ligne rouge. Tu sais qu’il y en a d’autres derrière qui vont aussi être refusés. Tu t’empresses d’appeler ton banquier, qui te dit que ça t’en coutera au moins 30 € par chèque. 

Et pour couronner le tout, tu te retrouves en interdit bancaire. Ce qui veut dire que tu ne peux plus faire de chèques jusqu’à régularisation de ta situation. Ta carte bleue ne passe plus, car ton compte est au maximum de son découvert.

Et là, tu te dis que les prochains mois vont être très compliqués. Tu te dis surtout que si tu avais lu cet article avant, tu n’en serais pas là. Tu aurais fait tout ce qu’il fallait pour ne pas passer en-dessous du seuil fatidique du zéro.

Ok, je suis dans l’extrême, mais pas dans l’excès. Tout ça m’est arrivé personnellement, il y a une quinzaine d’années. Et je suis même passé au stade supérieur, celui du surendettement.

Ne vaut-il mieux pas faire un peu d’efforts pour ne pas tomber, plutôt que d’en faire beaucoup plus pour te relever ?

Tout cet argent que tu dépenseras dans les agios et frais bancaires, ne serait-il pas mieux dans ta poche que dans celle de la banque ? 

Alors, la prochaine fois que l’on te proposera d’augmenter ton découvert autorisé, pour t’« aider », cherche une autre solution. Je suis sûr que tu en trouveras une.

Wow, cet article m’a scotché, surtout la fin ! Encore merci Benoît d’avoir pris le temps d’expliquer aux lecteurs du blog comment éviter le découvert bancaire… et surtout, pourquoi il est primordial d’éviter d’utiliser son découvert autorisé pour ne pas tomber dans une spirale redoutable ! 

4 Commentaires ... et vous?

  1. Personnellement, j’ai un compte bancaire qui sert uniquement aux diverses charges obligatoires et nécessaires. Cela me permet de payer uniquement ce dont j’ai besoin et de suivre mes dépenses car je peux programmer des objectifs de dépenses qui m’alertent lorsque je m’approche de ce seuil.

    Post a Reply
  2. Bonjour,
    Article très intéressant qui rappelle la nécessité d’une bonne gestion !
    On peut mettre beaucoup d’argent dans les découverts alors que cet argent pourrait être mis de côte et servir pour autre chose !

    Post a Reply
  3. Cet article est basé sur une utilisation rationnelle de son découvert utilisé.
    Or, certaines personnes utilisent le découvert utilisé en fin de mois pour éviter de piocher dans leurs livrets d’épargne.
    Le montant du découvert autorisé tente d’autres à faire des dépenses jusqu’à hauteur de celui-ci, le découvert étant considéré comme un deuxième salaire.
    Il faut donc combattre une psychologie vis à vis de l’agent pour limiter aux éventuels imprévus le découvert autorisé et même dans ces cas, piocher dans son épargne semble préférable.

    Post a Reply
    • Tout à fait d’accord, je connais des gens qui utilisent leur découvert comme si c’était quelque chose de normal – comme si les -3000 € de leur compte étaient devenus le nouveau 0 €…

      Post a Reply

Vous avez aimé? Vous n'êtes pas d'accord? Laissez vos impressions ci-dessous!

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

36 Partages
Partagez36
Tweetez
Enregistrer
WhatsApp