Autopartage : louer sa voiture quand elle ne sert pas, c’est intelligent !


« Que faire de ma voiture quand elle ne me sert pas ? » C’est une question que tu t’es déjà posée. Tu n’es d’ailleurs pas le seul à te l’être posée. D’après ses dires, Drivy, l’un des spécialistes de l’autopartage dont on reparlera un peu plus loin, compte à lui seul 2 000 véhicules en autopartage dans Le Grand Paris. Et la société vise les 10 000 autos dans ce même secteur.

C’est une question légitime car une voiture représente un coût important. A l’achat d’abord, mais il faut ensuite l’immatriculer, puis l’assurer, puis l’entretenir… Des frais et du temps souvent conséquents, pour une voiture dormant trop souvent au garage.

Aujourd’hui, je te donne une piste de plus en plus souvent envisagée pour rentabiliser au maximum son véhicule : l’autopartage.

Qu’est-ce que l’autopartage ?

L’autopartage consiste à mettre un même véhicule à la disposition de plusieurs utilisateurs, de façon à en partager les frais. Chaque personne a la possibilité d’emprunter le véhicule selon ses disponibilités.

C’est un mode de location que tu as déjà dû croiser, en particulier si tu habites dans une grande ville. Particuliers comme entreprises s’y intéressent, pour des raisons parfois très différentes. Des enseignes se sont spécialisées sur ce créneau, réalisant des chiffres d’affaires conséquents grâce à l’autopartage.

Pour les particuliers, grâce à de simples sites de mise en relation, l’autopartage permet de rentabiliser de manière inattendue un véhicule. Bien gérée, ce type de location peut t’aider à couvrir les frais d’assurance, d’essence ou d’entretien liés à ton véhicule.

C’est également un geste éco-citoyen. Si tu te soucies de l’environnement, sache que ces pratiques permettent de réduire le nombre de véhicules en circulation, et donc, leurs déchets ainsi que le CO² issu des embouteillages.

Comment ça se passe ?

Voilà pour le principe même de l’autopartage. Son fonctionnement est assez évident, mais il y a des points sur lesquels je dois insister. Imaginons que tu souhaites proposer ton véhicule en autopartage.

Tu choisis une plateforme (je t’en présente quelques-unes un peu plus loin), tu ouvres un compte et tu y inscris ton véhicule. Dans la plupart des cas, ces plateformes ont les points communs suivants concernant l’inscription :

  • Il est possible d’inscrire et de louer plusieurs véhicules avec un seul compte. C’est bon à savoir pour centraliser et optimiser les locations de véhicules au sein de la famille.
  • Le véhicule doit être en état de rouler. Cela ne veut pas (seulement) dire que les pneus crevés sont interdits. Mais tu dois aussi avoir assuré l’entretien du véhicule, son assurance, son immatriculation. Cela sous-entend aussi que le plein est fait. Selon les cas, le prix de l’essence peut être compris dans le tarif de la location, ou bien il est demandé au locataire de refaire le plein après la location.
  • Pour apporter plus de sécurité aussi bien à toi (éviter les vols et les coups sur ta voiture) qu’au locataire (éviter de louer une voiture volée), des informations seront à fournir. Il te faudra une ou plusieurs photos du véhicule, la date du prochain contrôle technique, une référence de l’assurance, etc.

Maintenant que tu as ces informations, tu es prêt à louer ton véhicule. Pour cela, tu en définis les disponibilités. Tu peux aussi décider si tu acceptes ou non de livrer ta voiture à d’autres endroits.

La question du « boîtier intelligent »

A partir de là, il ne te reste plus qu’à attendre que des personnes passent par la plate-forme pour réserver ton véhicule. Le jour J, un élément dont tu ignores peut-être l’existence pourra intervenir : le boîtier intelligent.

De nombreux sites dédiés à l’autopartage proposent des boîtiers avec abonnement. Ces appareils permettent de verrouiller et déverrouiller l’accès à la voiture à distance. C’est un point important, car l’autopartage a plus de succès dans les grandes villes ou à proximité des axes de transport (aéroports et gares en particulier). Si tu habites à la campagne, le boîtier intelligent te permettra de louer le véhicule, même lorsqu’il n’est pas garé devant chez toi. Côté locataire, ce boîtier est également intéressant parce qu’il permet d’accéder à la voiture plus rapidement, et donc de prendre la route de même. Et puis, pour le locataire comme pour le propriétaire de la voiture, ça donne plus de flexibilité sur l’heure de prise et de retour du véhicule.

Les solutions classiques : Getaround, Ouicar, Koolicar…

A présent, il est temps de te présenter tes nouveaux meilleurs amis, en tout cas en ce qui concerne l’autopartage : les sites de mise en relation. C’est là que tu inscriras ton (ou tes) véhicule et que tu seras mis en contact avec des locataires.

Ouicar

Je commence avec Ouicar, car c’est le premier site que j’ai moi-même testé. La plateforme, lancée en 2007, se présente comme le premier site de location de voiture entre particuliers, avec plus de 30 000 véhicules dans l’hexagone.

Le service fonctionne via un site, une application, des SMS et des e-mails pour la création du compte, l’enregistrement du véhicule et les réservations. Il est possible d’y louer voitures comme véhicules utilitaires, et le site propose un boîtier intelligent. Pour en disposer, l’abonnement est de 29 €/mois, et de 19 €/mois pour un second boîtier.

Au moment de la création de l’annonce, un prix moyen constaté sur le site est fourni. Celui-ci dépend des informations fournies pour le véhicule : âge du véhicule, type d’énergie, kilométrage, etc. Il est également possible de choisir les types de locataires : tu peux par exemple refuser animaux et fumeurs.

autopartage ouicar

Chez Ouicar, les clients peuvent chercher les annonces de véhicules en autopartage sur une carte.

Getaround (anciennement Drivy)

La plateforme Drivy a récemment changé de nom. Désormais, il faut parler de Getaround, sa nouvelle appellation. Il s’agit de l’autre leader de l’autopartage entre particuliers en France.

La promesse du site : « Une voiture est réservée toutes les 3 minutes ». Le site donne plus précisément la catégorie du véhicule : tu choisiras entre la citadine, la berline, la familiale ou l’utilitaire. Tu pourras également préciser les équipements supplémentaires du véhicule, comme les barres de toit, le GPS ou le régulateur de vitesse.

Comme pour Ouicar, un boîtier appelé Getaround Connect est disponible. Getaround propose aussi un système de parrainage, le parrain et le parrainé gagnant tous deux 30 € à la première location.

Turo et autres applications d’autopartage

D’autres applications sont également disponibles. Le célèbrissime BlaBlaCar dispose d’un versant dédié à l’autopartage entre particuliers. Parmi les applis moins célèbres, tu peux retenir Turo (anciennement RelayRides). Ce site est disponible en français, mais la plupart de ses offres sont disponibles aux Etats-Unis. Elle sera surtout intéressante si tu habites en région parisienne. Mais de ce que j’ai pu voir, on peut y trouver des modèles très luxueux, notamment des Tesla Model X et autres BMW i8 en location.

Tu pourras aussi trouver des applications fonctionnant uniquement sur smartphones. Mais la plupart sont des services d’autopartage gérés par des entreprises et on y trouve moins d’applications dédiées à la mise en relation de particuliers.

autopartage voiture de luxe

Si tu veux mettre ta voiture de luxe en autopartage, Turo semble bien être la plateforme idéale.

Combien tu peux gagner avec l’autopartage ?

C’est la grande question : combien espérer gagner avec l’autopartage ? Je l’ai déjà dit avec les plateformes citées plus haut : le prix de location dépend en bonne partie du véhicule loué. Un véhicule neuf et de luxe valant plus cher, sa location rapporte également davantage. Les trois sites m’ont indiqué jusqu’à environ 250 €/mois pour un vieux Berlingo de 2003. Mais certains modèles peuvent avoir des tarifs de location de l’ordre de 3 ou 4 fois ce prix.

Dans tous les cas, sachant que ton véhicule ne t’est pas utile 90% du temps, l’autopartage te permet de payer le crédit que tu as engagé pour son achat. Ce sera particulièrement intéressant pour les véhicules neufs et à faible kilométrage. Et pour les grands utilitaires (les Renault Trafic, les camions-bennes, etc.), il y a vraiment de l’argent à gagner avec l’autopartage.

Le nombre de locations dépend aussi de ta localisation. Si tu habites dans une grande ville, tu peux réellement rentabiliser ton véhicule, voire t’établir une clientèle. A la campagne, ce sera plus compliqué. Dans ce cas, multiplier les inscriptions sur les plateformes peut être intéressant.

L’autopartage, c’est sans risque ?

Rien n’est sans risque… Et l’autopartage ne fait pas exception ! Tu ne connais pas les personnes qui vont conduire ton véhicule. Peut-être que ce sont des personnes roulant à 150 km/h sur l’autoroute, des personnes qui ont l’habitude de téléphoner en conduisant ou des personnes qui conduisent après avoir bu.

Il n’est pas question de te faire peur. Il faut simplement que tu comprennes que si l’autopartage est très intéressant financièrement, tu engages ta responsabilité en plus de ton véhicule. Dans les cas les plus extrêmes, si ta voiture est utilisée pour transporter des stupéfiants, tu devras prouver que tu n’étais en rien lié à ce trafic (ce qui, il faut le dire, ne sera pas difficile).

Cela dit, en dehors de ces cas, les amendes et autres accidents responsables ne devraient pas te causer de grands problèmes. En cas d’amende, c’est celui qui a la « garde » du véhicule au moment de l’infraction qui est responsable. En cas d’accident responsable, ton assurance paiera. Ensuite, celle-ci sera remboursée par l’assurance de la plate-forme (dans le cas de Ouicar, par exemple, c’est AXA). Tu ne subiras donc aucun malus.

Les autres solutions possibles pour louer sa voiture à des particuliers

Si tu n’as pas trouvé ton bonheur dans la formule basique de l’autopartage, il existe quelques autres solutions qui s’en inspirent.

TravelCar : ta voiture est louée pendant ton voyage

J’en ai déjà parlé en détail dans cet article. Tout est dans le titre, ou presque. Si tu t’apprêtes à partir en voyage, TravelCar te propose de louer ton véhicule durant ton absence. En contrepartie, le parking à la gare ou à l’aéroport te revient moins cher, et dans certains cas, il peut être gratuit.

C’est effectivement un service d’autopartage qui te propose donc d’abord d’économiser de l’argent et, si ta voiture est louée en ton absence, de recevoir un petit revenu. TravelCar a une vocation internationale : l’enseigne est également disponible en Belgique, en Suisse, aux Etats-Unis, en Allemagne…

autopartage parking aéroport

Avec Travelcar, pendant ton voyage, ta voiture ne dormira peut-être pas sur le parking… et c’est bon pour ton portefeuille !

Des communautés d’autopartage spécifiques

Une dernière alternative à préciser est d’avoir recours à des communautés spécifiques orientées vers l’autopartage. Je te donne trois exemples de ces communautés.

Il y a par exemple des communautés conçues par les constructeurs automobiles. Par exemple, en 2020, Smart envisage de lancer un service d’autopartage de particulier à particulier baptisé « Ready to share ». Si tu as une Smart, cette communauté risque de t’intéresser. Le service est déjà en test en Allemagne. Pour cela, la marque compte proposer un boîtier connecté.

En partenariat avec la MAIF, un site s’est spécialisé dans l’autopartage de véhicules adaptés aux personnes handicapés. Si tu disposes d’un tel véhicule, le site de Wheeliz te permettra de te forger une clientèle spécifique.

Enfin, sache qu’il existe aussi des communautés spécifiques à des zones géographiques. Voilà un exemple avec cette communauté de l’ouest rhodanien (COR), qui te propose de t’aider dans la mise à disposition de ton véhicule près de chez toi.

Quelques conseils pour booster ses locations

Pour terminer, voilà quelques conseils pour t’aider à te lancer dans l’autopartage, ou pour mieux rentabiliser ton véhicule.

  • Si tu as consulté quelques sites, tu as dû voir que la plupart d’entre eux proposent un boîtier connecté. Tu peux néanmoins faire sans eux car il existe des sociétés, comme Xee, qui proposent des boîtiers connectés sans abonnement. Cherche un peu : tu verras que tu peux avoir bien moins cher que les boîtiers des sites de mise en relation. Et à terme, tu peux t’organiser avec tes clients pour le déverrouillage du véhicule.
  • De ce que j’ai vu, les réglages de disponibilités que l’on peut trouver sur les sites ne servent que dans des cas précis. Je te conseille de ne les utiliser que pour les occasions longues et exceptionnelles : quand tu pars en vacances, par exemple. Pour les situations quotidiennes (tu as besoin de ton véhicule pour tes courses, par exemple), précise-le simplement à ton client au moment de sa réservation.
  • Il pourrait être tentant d’acheter un véhicule (d’occasion, notamment) pour le rentabiliser et même se créer un fonds de commerce. L’alternative est attractive, d’autant que le secteur est en plein boom.
    Mais je te suggère de te renseigner : les sites de mise en relation cautionnent un service ponctuel, et non du travail dissimulé. Si tu comptes te créer une flotte de véhicules à louer pour te dégager un véritable salaire, fais les démarches pour la création d’une activité.
  • Sache que ton public juge le véhicule comme le loueur. Un véhicule propre sera toujours apprécié. Mais n’oublie pas non plus d’accueillir correctement tes clients. Comme on dit : « un sourire ne coûte rien, mais il peut rapporter beaucoup ». 🙂

Alors, serais-tu intéressé à louer ta voiture via un service d’autopartage ? Ou peut-être que tu en as déjà fait l’expérience ? N’hésite pas à partager ça en commentaires, et à rajouter des conseils pour d’autres lecteurs !

Vous avez aimé? Vous n'êtes pas d'accord? Laissez vos impressions ci-dessous!

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

6 Partages
Partagez6
Tweetez
Enregistrer
WhatsApp